Covid-19 : Une enquête de la CSI montre d’importantes disparités régionales

Publié le 23/04/2020

Du 30 mars au 2 avril, la Confédération syndicale internationale (CSI) a réalisé une enquête auprès de 116 organisations syndicales réparties dans 94 pays dans le monde. Elle avait pour but de vérifier l’ampleur des réactions gouvernementales et patronales sur les plans sanitaire et économique face à la pandémie.

La Confédération syndicale internationale (CSI) a mené une enquête du 30 mars au 2 avril 2020 auprès de 116 organisations syndicales de 94 pays, dont 17 pays du G20 et 32 pays de l’OCDE. Celle-ci qui portait sur les mesures gouvernementales et patronales sur les plans sanitaires et économiques révèle des disparités régionales. Ainsi 68 % des pays ont adopté un confinement en fermant les écoles et les entreprises non essentielles. Ce chiffre atteint 78 % pour les pays de l’OCDE, les 32 pays les plus riches de la planète. Par ailleurs, 31 % encouragent le lavage des mains, le télétravail, la distanciation et ont pris des mesures de restriction aux frontières. Seul le Brésil considère que le coronavirus ne présente pas de danger pour la santé et l’économie.

Justement concernant l’économie et les travailleurs, 72 % des pays (91 % pour l’OCDE) ont décidé de mesures de soutien aux revenus et de protection des salaires des travailleurs contre 28 % qui n’ont rien fait. En Afrique, ce dernier chiffre est de 57 %. En revanche, pour les pays qui ont pris des mesures, le jugement que portent les organisations syndicales est très nuancé. Ainsi 59 % (69 % dans l’OCDE) d’entre elles estiment ces mesures suffisantes pour faire face aux besoins vitaux et 41 % que cela n’est pas suffisant. Sur les réactions patronales, le jugement est encore plus critique. Seuls 44 % (47 % dans l’OCDE) du patronat répond correctement aux besoins des travailleurs et 56 % n’y répond pas suffisamment.

Sharan Burrow, la secrétaire générale de la CSI conclut l’enquête ainsi : « Même si les pays du G20 ont promis une mesure de relance record de 5 000 milliards de dollars US, elle risque de ne pas englober des pays émergents et en développement (…) Nous ne pouvons pas nous contenter d’attendre que la pandémie frappe les pays d’Afrique et d’Amérique latine avec la même férocité qu’ailleurs sans un plan d’action (…) Nous devons nous préparer avec tous les outils à notre disposition à soutenir ces pays sur lesquels de nombreuses autres nations du monde, y compris des économies avancées, comptent pour s’approvisionner en denrées et matériaux au travers des chaînes d’approvisionnement mondiales ».

La CSI appelle à la création d’un Fonds mondial pour une protection sociale universelle en faveur des pays les plus pauvres pour soutenir les soins de santé et des mesures de soutien au revenu, et demande que le Fonds monétaire international (FMI) coordonne les mesures de relance budgétaire, émette des droits de tirage spéciaux et mette en place un fonds consacré à la santé publique, à la protection sociale et aux emplois.

dblain@cfdt.fr