La CFDT Fonctions publiques prépare le rendez-vous salarial

Publié le 21/05/2020

Le 20 mai, les organisations syndicales de la fonction publique et le secrétaire d’Etat, Olivier Dussopt se sont retrouvés, pour la neuvième fois depuis le début de la crise sanitaire

Alors que le déconfinement et la reprise d’activité ont été amorcé, la CFDT Fonctions Publiques a interpellé le gouvernement sur un certain nombre de sujets. « La reprise s’accompagne d’une forte pression sur les agents en matière d’atteinte des objectifs annuels. Nous demandons que ceux-ci soient adaptés et tiennent compte de l’état d’urgence sanitaire. Sans quoi, harcèlement et discriminations ont de beaux jours devant eux ». La CFDT Fonctions Publiques s’inquiètent également des conditions de travail des agents dans les petites collectivités. Leur sécurité et les conditions sanitaires sont loin d’être garanties. Les alertes se multiplient aussi sur la question des congés. « Des supérieurs hiérarchiques estiment aujourd’hui que le télétravail était insuffisant et déqualifient donc le télétravail en autorisation spéciale d’absence pour imposer davantage de jours que les cinq prévus par l’ordonnance, dénonce Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT Fonction publiques. Des rappels fermes à la règlementation et à la responsabilité des employeurs sont indispensables et urgents ! » 

Des mesures d’égalité professionnelle indispensables

Par ailleurs, alors que la CFDT a obtenu la confirmation d’un rendez-vous salarial, elle fixe ses exigences. « La crise du Covid-19 nous a rappelé, si besoin était, que les agents publics sont une richesse et un bien commun. Elle nous a aussi rappelé que les agents sont maltraités depuis trop longtemps », déplore Mylène Jacquot. Gel du point d’indice, rétablissement du jour de carence, indices de rémunérations inférieurs au SMIC…. Les exemples ne manquent pas. En ce sens, la CFDT Fonctions Publiques revendique, entre autre, le dégel du point d’indice, la suppression du jour de carence ou la négociation de la participation financière obligatoire de l’employeur à la couverture santé et prévoyance. Elle appelle aussi à prendre des mesures d’égalité professionnelle. « Il est urgent de revoir les grilles de rémunérations des filières féminisées qui sont très largement en dessous de celles des secteurs traditionnellement plus masculins. Il est urgent de prendre des mesures de rattrapage des écarts de salaires. Il est urgent de prendre des mesures sur le déroulement de carrière des femmes. »

glefevre@cfdt.fr