Covid-19 : Hôtellerie tourisme restauration, réouverture progressive d’une filière sinistrée

Publié le 29/05/2020

Dans le secteur des cafés, bars et restaurants, les annonces de réouverture à partir du 2 juin avaient fait l’objet d’un dialogue entre le patronat et la CFDT. En revanche, les casinos restent fermés faute de dialogue social.

« La CFDT est satisfaite : les annonces du Premier ministre du 28 mai reprennent les propositions que les restaurateurs et cafetiers avaient élaborées avec la CFDT ces derniers jours dans le cadre du comité de filière tourisme, commence Stéphanie Dayan, la secrétaire nationale de la fédération des Services CFDT chargé du secteur de l’hôtellerie tourisme et restauration (HTR), à savoir 10 personnes maximum par table et un mètre de distance entre les tables. Le personnel devra porter un masque ainsi que les clients lors de leur déplacement. Mais la profession a eu peur car il a été question d’imposer un espace de 4m2 par client. » Bien entendu, les établissements sont soumis à des règles sanitaires strictes. Dans les bars, les consommateurs ne pourront pas être servis debout, au comptoir notamment. En région parisienne, les cafés et restaurants ne peuvent ouvrir que leur terrasse jusqu’au 22 juin. Encore faut-il qu’ils en aient. Des aménagements pourraient être envisagés avec les collectivités locales.

Si ces mesures satisfont à court terme pour autant, « C’est toute la filière de la convivialité qui est sinistrée, déplore Stéphanie Dayan, le dispositif de chômage partiel a permis d’éviter le pire et sa prolongation est une bonne chose mais elle sera sûrement insuffisante. Il faudrait envisager de le prolonger jusqu’à la réouverture complète des établissements. » Mais sur les 250 000 cafés français environ 50 000 vont très mal, un grand nombre pourrait ne pas s’en remettre. Dans le tourisme, chez les voyagistes notamment, les couloirs bruissent de plans sociaux. Quant au monde de la nuit (discothèques, salles de jeux), sa réouverture n’est pas à l’ordre du jour. Un travail spécifique sur ce secteur est en cours. Le secteur des casinos, lui, paie son absence de dialogue social. Les patrons du secteur totalement divisés ont tenté un passage en force chacun de leur côté. Ils ont été incapables de mener une négociation qui aurait permis une réouverture progressive. Résultat : ils restent fermés jusqu’à nouvel ordre.

dblain@cfdt.fr 

photo Réa